fb

Talons qui claquent, démarche sensuelle, Scarlett Johansson débarque en première couverture du premier Vanity Fair français… ce n’est pourtant pas de la sublime blonde qu’on parle principalement.

Quand les discussions sur l’arrivée du magazine en France volent la vedette à la star.

LA référence dans la presse magazine arrive en France et la concurrence s’affole de peur de ne pas faire le poids dans ce marché à la baisse.

Ce poids lourd finement écrit, mélangeant des thèmes à la fois people et intellectuels est aujourd’hui devenu LE must.

La version française du « glam magazine », aura pour directeur de la rédaction Michel Denisot ; ce dernier vu comme « dépassé » sur le petit écran, récemment et gentiment évincé du « Grand Journal » saura-t-il se recycler ?

Autre interrogation, Vanity Fair se la joue people oui, mais people haut de gamme ! Qui sur la scène française pourra rentrer dans le fameux soulier de la Cendrillon classieuse ?

Avec un prix de lancement de 2 € pour un prix de vente normal à 3,95 €, la question se pose quant à la périodicité  du magazine ; la mensualité s’avère être à l’heure actuelle une fréquence de parution difficile !

Scarlett Johansson comme égérie pour la première parution en France? Un bon choix selon moi, l’américaine résidante française représente idéalement l’esprit de Vanity Fair ; le mélange d’un extérieur sublimant, et d’un intérieur plus piquant.

Le cocktail du magazine chic allié à la french touch tant attendu tiendra-t-il la route ?

Affaire à suivre…

Kevin Gautheron